Prisons et drogues: réponses sanitaires et sociales

PDF version

Introduction

Ce miniguide fait partie d’un ensemble plus large, qui comprend ensemble Réponses sanitaires et sociales aux problèmes de drogue: un guide européen. Il donne un aperçu des éléments à prendre en considération lors de la planification ou de la mise en œuvre de réponses sanitaires et sociales aux problèmes liés à la drogue dans les prisons, et passe en revue les interventions disponibles et leur efficacité. Il examine également les implications pour les politiques et les pratiques.

Dernière mise à jour: 21 avril 2022.

Couverture du miniguide Prison et des drogues: réponses sanitaires et sociales

Sommaire:

Aperçu général

Éléments clés

Les personnes qui commettent des infractions pénales et qui entrent dans le système de justice pénale affichent des taux de consommation de drogues et de consommation par injection plus élevés que le grand public. Ils sont également souvent récidivistes et représentent une part importante de la population carcérale.

La consommation de drogues peut être liée à la délinquance de plusieurs manières : certains délinquants ayant des problèmes de drogue sont incarcérés pour des infractions liées à la consommation ou à la possession de drogues; de nombreux autres sont emprisonnés pour d’autres infractions ou infractions à la législation sur les drogues, telles que le vol commis pour obtenir de l’argent pour de la drogue. Les besoins complexes de ces personnes en matière de soins de santé doivent être évalués à leur arrivée en prison, puis faire l’objet d’un suivi régulier.

La consommation de drogues a également lieu dans les prisons et présente un risque pour la santé et la sécurité publiques, tant pour les détenus que pour les agents pénitentiaires. Le risque de décès par surdose pour les personnes qui consomment des opiacés est particulièrement élevé au cours de la période qui suit immédiatement leur sortie de prison, ce qui fait de la continuité des soins une priorité importante.

Les personnes qui consomment des drogues et entrent en contact avec le système de justice pénale sont une population dynamique qui entretient des contacts réguliers avec la communauté. En répondant aux problèmes liés à la drogue en milieu carcéral, la santé des détenus et de la communauté peut être améliorée, ce qui apporte un bénéfice sociétal global.

Les conventions internationales sur les drogues reconnaissent que les personnes souffrant de problèmes de toxicomanie ont besoin d’un soutien sanitaire et social et prévoient des alternatives aux sanctions coercitives pour les aider à résoudre leurs problèmes de consommation de drogues.

Preuves et réponses

En général, les interventions qui permettent de lutter efficacement contre les problèmes de drogue au sein de la communauté se révèlent également efficaces dans les prisons, bien que les études à l’appui de cette affirmation soient généralement moins nombreuses. En particulier, il est recommandé de mettre à disposition un traitement agoniste aux opiacés pour les personnes dépendantes des opiacés.

L’équivalence des soins par rapport à ceux proposés à l’extérieur et la continuité des soins entre la vie en liberté et la détention lors de l’arrivée en prison et après la remise en liberté constituent deux principes fondamentaux pour les interventions sanitaires en prison. Cela signifie que tous les services de prévention, de réduction des dommages et de traitement appropriés devraient être disponibles dans les prisons, et qu’une attention particulière devrait également être accordée à la fourniture de services aux alentours de l’admission et de la libération.

Encourager les délinquants toxicomanes à suivre un traitement peut constituer une alternative appropriée à l’emprisonnement, cette approche ayant un certain nombre d’effets positifs potentiels, tels que la réduction des dommages liés à la drogue pour les individus, la prévention des effets néfastes de la détention et la contribution à la réduction des coûts du système carcéral. Des évaluations supplémentaires et meilleures des différents modèles d’interventions sont nécessaires.

Panorama européen

  • De nombreuses interventions qui se sont révélées efficaces au sein de la communauté pour réduire la demande de drogues et prévenir et contrôler les maladies infectieuses ont été mises en œuvre dans les prisons en Europe, mais souvent après un certain retard et avec une couverture insuffisante.
  • Bien que le traitement par agoniste aux opiacés dans les prisons soit signalé par tous les pays surveillés par l’EMCDDA, à une exception près, il n’est accessible qu’à une faible proportion des personnes qui en ont besoin.
  • Seul un petit nombre de prisons en Europe disposent de matériel d’injection propre.
  • De nombreux pays européens ont instauré des partenariats entre les services sanitaires pénitentiaires et les prestataires de soins à l’extérieur afin de garantir la continuité des soins lors de l’arrivée en prison et de la remise en liberté.
  • La préparation à la sortie de prison, y compris la réinsertion sociale et la prévention des surdoses chez les consommateurs d’opiacés par injection, est signalée par la plupart des pays, mais peu d’entre eux incluent la mise à disposition de naloxone à la sortie de prison.
  • Des alternatives à la prison sont disponibles dans de nombreux pays d’Europe, bien que les approches en matière de déjudiciarisation varient considérablement et que, dans l’ensemble, la disponibilité et la mise en œuvre restent limitées.

     

Principaux problèmes liés aux prisons et aux drogues

Les personnes qui commettent des infractions pénales et qui entrent en contact avec le système de justice pénale et la prison affichent des taux plus élevés de consommation de drogue au cours de leur vie et adoptent des pratiques de consommation plus nocives (y compris l’injection) que la population en général. Les prisons et le système de justice pénale représentent donc des cadres à privilégier pour les interventions de lutte contre la drogue.

La consommation de drogues peut être liée à la délinquance de plusieurs manières: la consommation ou la possession peuvent constituer des infractions à la législation sur les drogues; des infractions peuvent être commises afin d’obtenir des drogues ou de financer leur achat; des infractions peuvent être commises sous l’influence de drogues; et il existe également des infractions liées au commerce de drogues, telles que la violence entre différents groupes de fournisseurs de drogues.

La majorité des infractions à la législation sur les drogues enregistrées dans la plupart des pays de l’UE concernent la consommation ou la possession de cannabis. Les crimes acquis, tels que les vols, les vols et les cambriolages commis pour financer la consommation de drogues, sont plus souvent signalés chez les personnes qui ont des modes de consommation problématiques. Cette seconde catégorie comprend de nombreux récidivistes et peut représenter une proportion significative de la population carcérale.

Les conventions internationales relatives à la drogue reconnaissent que les personnes souffrant de problèmes de toxicomanie ont besoin d’un soutien sanitaire et social, et prévoient des peines de substitution pour les aider à résoudre leurs problèmes de toxicomanie. Néanmoins, de nombreuses personnes ayant une consommation problématique de drogues sont toujours incarcérées.

La consommation de drogues qui a lieu dans les prisons peut présenter un risque pour la santé et la sécurité publiques des détenus et des agents pénitentiaires. Les détenus qui consomment des drogues peuvent présenter des besoins complexes en matière de soins de santé qui ont des implications pour les réponses proposées à l’admission, pendant l’incarcération et à la libération (voir le graphique «Interventions liées à la drogue et autres interventions de soins de santé et d’aide sociale ciblant les détenus qui consomment des drogues, par phase de détention»). Étant donné que la durée moyenne d’une peine de prison pour ce groupe est de quelques mois, il s’agit toujours d’une population dynamique qui entretient des contacts réguliers avec la communauté, une situation qui a des répercussions sur la santé publique. En répondant aux problèmes liés à la drogue en milieu carcéral, la santé des détenus et de la communauté dans laquelle ils retournent peut être améliorée, ce qui apporte un bénéfice sociétal global.

La consommation croissante de cannabinoïdes de synthèse dans les prisons est un sujet de préoccupation particulier dans plusieurs pays. Cela peut s’expliquer par le fait que ces substances sont généralement indétectables par les tests aléatoires de dépistage des drogues utilisés dans les prisons de certaines juridictions, ou par le fait qu’elles sont moins chères que d’autres drogues et plus faciles à introduire clandestinement en prison (voir l’encadré «Pleins feux sur les cannabinoïdes de synthèse»).

Preuves et réponses aux problèmes liés à la drogue en prison

Réponses en prison

De nombreuses interventions liées aux drogues qui se sont avérées efficaces au sein de la communauté ont été mises en œuvre dans les prisons en Europe.

Deux principes importants pour les interventions de santé en prison sont l’équivalence de l’offre avec celle disponible dans la communauté et la continuité des soins avant et après la sortie de prison. Les principes des droits de l’homme doivent également être respectés: les détenus doivent bénéficier d’un traitement humain et d’un accès aux soins, tandis que le consentement du patient et la confidentialité doivent être respectés, une aide humanitaire étant mise à la disposition des personnes les plus vulnérables. L’indépendance clinique du personnel de santé en prison est également importante pour garantir l’accès au traitement.

Le principe d’équivalence des soins oblige les services de santé des prisons à fournir aux détenus des soins d’une qualité équivalente à celle dont bénéficie le grand public dans le même pays, y compris des traitements de la toxicomanie et des interventions de réduction des dommages. Les obstacles, qu’ils soient juridiques ou structurels, doivent être surmontés pour garantir un traitement et des soins de qualité aux détenus.

La continuité des soins entre les services de la communauté et ceux de la prison doit être assurée tant à l’entrée en prison qu’à la sortie. Ce principe devrait également s’appliquer au traitement de la toxicomanie, y compris le traitement par agoniste aux opiacés (TAO) et à tous les types de soins de santé.

Voir le graphique «Interventions liées aux drogues et autres interventions de soins de santé et d’aide sociale ciblant les personnes qui consomment des drogues en prison, par phase de détention».

Interventions à l’arrivée en prison

Pour répondre à ces exigences de base en matière de continuité et de qualité des soins, les routines d’accueil en prison doivent inclure des systèmes permettant d’identifier les personnes ayant des besoins de traitement élevés dès leur arrivée. L’évaluation de la santé lors de l’entrée en prison est une pratique fondamentale dans les régimes de soins de santé en prison. L’objectif est de diagnostiquer toute maladie physique ou mentale, de fournir le traitement requis et d’assurer la poursuite des soins médicaux communautaires. En outre, une évaluation et un examen appropriés des besoins doivent être entrepris pour s’assurer que le traitement est adapté aux besoins de chaque personne. Lorsque la cure de désintoxication est indiquée, elle devrait être gérée de manière adéquate. La gestion de la désintoxication aiguë peut inclure un traitement symptomatique des effets du sevrage et peut bénéficier de l’utilisation d’outils cliniques pour surveiller les symptômes. La consultation médicale lors de l’entrée en prison est également l’occasion de fournir aux personnes des informations sur le traitement et la prévention, de les sensibiliser aux risques et de distribuer du matériel de réduction des dommages.

Interventions pendant le séjour en prison

Les programmes de traitement de la toxicomanie en prison peuvent être mis en œuvre de plusieurs manières. Les traitements ambulatoires peuvent être dispensés dans des cliniques médicales ou des espaces communs à l’intérieur des établissements pénitentiaires, et peuvent inclure des interventions psychosociales, des traitements pharmacologiques et des activités de formation.

Le traitement résidentiel en prison est dispensé dans des unités ou des ailes spéciales auxquelles les personnes souffrant de problèmes liés à la drogue sont affectées après une évaluation des besoins. Les communautés thérapeutiques sont la principale forme de traitement résidentiel en prison et elles fonctionnent de la même manière que les programmes résidentiels dans la communauté. Les preuves de l’efficacité sont limitées, mais suggèrent que les communautés thérapeutiques en milieu carcéral peuvent être bénéfiques pour réduire la consommation de drogues, les taux de réarrestation et de réincarcération parmi les délinquants. Il existe également en prison des unités sans drogue – des quartiers résidentiels spécifiques qui, bien qu’ils ne soient pas nécessairement axés sur le traitement de la toxicomanie, cherchent à offrir un environnement sans drogue en prison pour aider les détenus à rester abstinents. Toutefois, les preuves de leur efficacité font défaut.

Interventions psychosociales

Les interventions psychosociales comprennent une série de processus thérapeutiques structurés qui traitent à la fois des aspects psychologiques et sociaux du comportement d’un patient et varient en durée et en intensité. Trois types généraux d’intervention psychosociale ont été utilisés pour traiter les usagers de drogues: la gestion des situations d’urgence, la thérapie comportementale cognitive et les entretiens motivationnels. Ces techniques sont souvent utilisées en combinaison avec des interventions pharmacologiques. S’il existe des preuves de l’efficacité de leur utilisation au sein de la communauté, davantage d’études sont nécessaires en milieu carcéral.

Traitement par agoniste aux opiacés

En Europe, le TAO sous forme de méthadone ou de buprénorphine est le principal traitement dispensé dans la communauté pour la dépendance aux opiacés. Dans les prisons où du TAO est disponible, ceux qui l’ont reçu dans la communauté peuvent continuer à être traités en prison. Le TAO peut également être initié en prison, ou relancé avant la fin d’une peine. Des éléments de preuve suggèrent que l’administration de méthadone au TAO pendant l’incarcération réduit les risques d’injection et augmente le recours au traitement communautaire après la sortie de prison. La continuité des soins à l’entrée et à la sortie de prison est un problème crucial pour les personnes subissant une TAO, car il existe un risque élevé de surdose et/ou de transmission d’infection par le virus de l’hépatite C (VHC) en cas de perturbation du traitement. Bien que les preuves disponibles soient limitées, la mise à disposition d’OAT en prison, en particulier si elle se poursuit au sein de la communauté, peut réduire la mortalité après la libération de la prison.

Utilisée pour prévenir les rechutes chez les personnes dépendantes des opiacés, la naltrexone à libération prolongée est une formulation injectable mensuelle à libération prolongée de l’antagoniste complet des récepteurs aux opiacés mu. La fourniture de naltrexone à libération prolongée peut être bénéfique pour réduire les rechutes aux opiacés chez les délinquants, mais des preuves supplémentaires sont nécessaires.

Interventions par les pairs

Les actions menées par les pairs auprès des détenus par des détenus actuels ou anciens visent à améliorer la santé des détenus et à réduire les facteurs de risque. Différents modes d’activités entre pairs ont été identifiés, notamment l’éducation, le soutien, le mentorat et les rôles de passerelle. Si certaines études suggèrent que ces interventions peuvent être efficaces pour réduire les comportements à risque, en particulier en ce qui concerne la consommation de nouvelles substances psychoactives, il n’existe pas encore de preuves solides à l’appui de cette affirmation. Les partenariats entre les services de santé en milieu carcéral et les prestataires de soins au sein de la communauté ont également joué un rôle important dans la mise en œuvre d’actions d’éducation sanitaire et de traitement de la consommation de nouvelles substances psychoactives et des dommages connexes dans les prisons.

Réduction des dommages

Des interventions de réduction des dommages sont mises en œuvre en prison afin de réduire les dommages sanitaires et sociaux causés par la consommation de drogues aux individus et à la communauté carcérale. En particulier, les prisons peuvent être un cadre essentiel pour dialoguer avec les personnes qui consomment des drogues par injection et qui ont peut-être été difficiles à atteindre au sein de la communauté, ce qui permet de fournir des services de réduction des dommages, de conseil, de dépistage et de traitement avant leur retour dans la communauté.

Une série de mesures sont recommandées pour réduire les dommages liés à la consommation de drogues. Il s’agit notamment du TAO (voir ci-dessus), du dépistage et du traitement des maladies infectieuses, de la vaccination, de la distribution de matériel d’injection stérile et des interventions de promotion de la santé axées sur des comportements d’injection plus sûrs et des comportements à risque sexuel réduits. La mise en place de programmes universels de dépistage volontaire d’une série d’infections (virus à diffusion hématogène, infections sexuellement transmissibles et tuberculose) à l’entrée en prison et à la sortie de prison, ainsi que d’un traitement rapide si nécessaire, peut réduire la propagation des maladies infectieuses en milieu carcéral ainsi que dans la communauté au sens large (voir Les maladies infectieuses liées aux drogues: réponses sanitaires et sociales). La formation du personnel de santé pénitentiaire au thème des maladies transmissibles et la promotion du dépistage peuvent renforcer la recherche active de cas et la mise en œuvre de tels programmes. Les orientations de l’ONU et de l’OMS recommandent la mise en place de mesures de réduction des dommages en prison, y compris des programmes d’échange d’aiguilles et de seringues, mais ces pratiques sont actuellement rares. Le renforcement de ces programmes pourrait contribuer de manière importante à l’amélioration de la santé.

Interventions à la sortie de prison

Des mesures spécifiques préalables à la libération sont nécessaires pour les personnes qui consomment ou ont consommé des drogues, car les détenus présentent des vulnérabilités particulières liées à la santé, notamment le risque de rechute dans la consommation de drogues, de surdose et de décès par surdose, ainsi que la transmission de maladies infectieuses. Pour faciliter la transition vers un traitement communautaire, la coopération entre les services opérant en prison et les services sanitaires et sociaux en dehors de la communauté est particulièrement importante. Les interventions en vue d’une sortie de prison comportent deux composantes étroitement liées: les connexions aux services de la communauté afin de garantir la poursuite du traitement des troubles liés à la consommation de substances et des maladies infectieuses, et la prévention des décès par surdose dans la période qui suit immédiatement la sortie de prison.

Le risque de décès par surdose pour les personnes qui consomment des opiacés est particulièrement élevé peu après leur sortie de prison. Les principales réponses visant à réduire les décès liés aux opiacés, tant en milieu communautaire qu’en prison, comprennent un ensemble d’interventions visant à prévenir les surdoses et un ensemble axé sur la prévention des décès en cas de surdoses. Un certain nombre d’interventions sont mises en œuvre en vue de réduire le risque de surdosage, notamment des conseils avant la libération, une formation aux premiers secours et à la gestion des surdoses, l’optimisation de l’orientation pour assurer la continuité du traitement de la toxicomanie entre la prison et la communauté, et la distribution de naloxone. La naloxone est un médicament antagoniste des opiacés utilisé pour inverser une surdose d’opiacés. Ces dernières années, on a observé un élargissement des programmes de distribution de naloxone destinée à une administration à domicile. Ces programmes prévoient une formation pour les personnes susceptibles d’être témoins d’une surdose d’opioïdes et la mise à leur disposition de ce médicament. S’il est admis que la naloxone peut inverser les effets potentiellement mortels d’une surdose d’opiacés, davantage de données sont nécessaires pour confirmer l’incidence des programmes de naloxone à administrer à domicile sur la mortalité.

Les problèmes liés à la drogue ne sont que l’une des nombreuses vulnérabilités rencontrées par les personnes qui passent une partie de leur vie en prison. La marginalisation sociale et l’inégalité sont des facteurs de risque importants à la fois pour la consommation de drogues et pour les comportements délictueux, qui nécessitent des approches intégrées multi-organismes traitant de la consommation de substances et des problèmes liés à la drogue ainsi que d’autres problèmes sanitaires et sociaux importants.

Alternatives aux sanctions coercitives

Il est reconnu que les alternatives aux sanctions coercitives sont susceptibles de réduire les dommages liés à la drogue en orientant les délinquants souffrant de problèmes de drogue vers des programmes susceptibles de les aider à résoudre leurs problèmes d’abus de substances, qui sont souvent à l’origine de leurs infractions. Le fait de détourner les délinquants toxicomanes vers des mesures de réadaptation et de les éloigner de l’incarcération peut avoir un certain nombre d’effets positifs, tels que la prévention des effets néfastes de la détention et la contribution à la réduction des coûts du système carcéral (par exemple, les infrastructures, le personnel, etc.). Toutefois, peu de programmes ont été évalués à ce jour et la base de données probantes est donc limitée. Lorsque des évaluations ont été réalisées, celles-ci ont généralement eu lieu en dehors de l’Europe et présentent des problèmes de conception.

Il existe de nombreux types d’alternatives aux sanctions coercitives, qui peuvent être appliquées à différents stades de la procédure pénale, de l’arrestation à la condamnation. Une étude européenne récente a révélé 13 formes différentes de peines de substitution à l’application de sanctions coercitives disponibles dans les 27 États membres de l’UE. Celles-ci allaient d’une simple mise en garde, d’un avertissement ou de l’absence d’action à l’orientation vers un traitement spécialisé. Les alternatives à la prison sont un type spécifique d’alternative aux sanctions coercitives et comprennent l’exécution d’une peine avec sursis subordonnée à la participation à un traitement pour usage de drogue ou à l’acceptation d’un traitement en prison afin de raccourcir la période d’incarcération.

Bien que les données probantes ne soient pas solides, la clé du succès semble être la disponibilité d’une série d’interventions adaptées aux besoins des personnes souffrant de différents types et niveaux de problèmes de drogue. Des études sont nécessaires pour améliorer la base d’éléments probants sur les alternatives aux sanctions coercitives, en mettant particulièrement l’accent sur les groupes qui peuvent en bénéficier le plus et sur les étapes de la procédure pénale auxquelles elles sont le mieux appliquées.

Vue d’ensemble des éléments probants sur... les actions en prison et le système de justice pénale

Déclaration Éléments probants
Effet Qualité
La méthadone reçue pendant l’incarcération réduit les risques d’injection et augmente l’engagement en matière de traitement communautaire après la sortie de prison. Bénéfique Modérée
La fourniture de TAO, en particulier si le TAO est maintenu dans la communauté, réduit la mortalité après la libération de prison. Bénéfique Faible
Les communautés thérapeutiques en prison peuvent réduire la consommation de drogues, les taux d’arrestation et la réincarcération parmi les délinquants. Bénéfique Faible
La naltrexone peut réduire les rechutes dans la consommation d’opiacés (ou maintenir l’abstinence) chez les personnes du système de justice pénale. Bénéfique Faible

Principal effet des preuves:
Bénéfique: Preuve d’un bénéfice dans la direction souhaitée. Manque de clarté: Il est difficile de déterminer si l’action produit le bénéfice escompté. Préjudice potentiel: Preuve d’un préjudice potentiel, ou preuve que l’action a l’effet inverse de celui visé (par exemple, augmentation plutôt que diminution de la consommation de drogues).

Principale qualité des preuves:
Élevée Nous pouvons avoir un niveau élevé de confiance dans les preuves disponibles. Modérée Nous avons une confiance raisonnable dans les preuves disponibles. Faible Nous avons une confiance limitée dans les preuves disponibles. Très faible: Les preuves disponibles sont actuellement insuffisantes et il existe donc une incertitude considérable quant à la question de savoir si l’action produira le résultat escompté.

Panorama européen: disponibilité des interventions liées à la drogue en prison

Plusieurs mesures ont été examinées et mises en œuvre dans des pays européens qui pourraient avoir une incidence sur les taux de détention, en réduisant le nombre de personnes purgeant des peines de prison ou subissant d’autres formes de sanction pour usage de drogue et infractions liées à la drogue. Il s’agit notamment de dépénaliser la consommation de drogues, d’abolir les peines de courte durée de moins de 12 mois et de proposer des alternatives aux sanctions coercitives.

Des alternatives à la prison sont disponibles dans de nombreux pays d’Europe, bien que les approches de déjudiciarisation varient considérablement et que la disponibilité globale reste limitée. Peu de pays d’Europe ont choisi d’adopter des approches de réadaptation généralisées. Lorsque de telles politiques sont adoptées, elles sont souvent mises en œuvre sans suivi ou évaluation solide, bien que les investissements dans de telles initiatives pourraient porter leurs fruits à long terme en fournissant des informations qui peuvent être utilisées pour améliorer l’efficience et l’efficacité de ces programmes.

De nombreux pays ont établi des partenariats entre les services sanitaires des prisons et les prestataires actifs au sein de la collectivité afin de garantir la mise en œuvre d’actions d’éducation sanitaire et de traitement en prison et la continuité des soins lors de l’arrivée en prison et de la remise en liberté.

Par rapport au début des années 2000, la disponibilité et les niveaux de prestation des services de soins de santé et d’aide sociale ciblant les besoins des usagers de drogues en prison se sont améliorés dans plusieurs pays européens; pourtant, pour la plupart, ces usagers sont confrontés à un éventail limité d’options thérapeutiques, et les principes d’équivalence et de continuité des soins ne sont pas encore atteints dans la majorité des pays d’Europe.

De nombreuses interventions de réduction de la demande de drogues qui se sont révélées efficaces au sein de la communauté ont été mises en œuvre dans les prisons en Europe, bien que souvent avec un certain retard et avec une couverture insuffisante (voir graphique «Nombre de pays signalant la disponibilité d’interventions ciblant les personnes qui consomment des drogues en prison en Europe, 2019»). Par exemple, le traitement par agoniste aux opiacés en prison, bien qu’il soit mis en œuvre dans tous les pays déclarants sauf un, n’est accessible qu’à une faible proportion des personnes qui en ont besoin.

Les approches, les groupes cibles et les modalités des mesures de réduction des dommages en prison varient selon les pays. Des interventions visant à prévenir et à contrôler les maladies infectieuses, y compris le dépistage et la vaccination contre le virus de l’hépatite B (VHB) et le traitement du VIH et de l’hépatite C, ainsi que la fourniture d’une éducation sur le risque d’infection et la prévention, sont disponibles dans les prisons de la plupart des pays déclarants. Toutefois, dans la pratique, l’accès au dépistage et au traitement reste faible. La fourniture de matériel d’injection propre est rare et disponible dans quelques prisons seulement en Europe.

De nombreux pays européens font état d’un manque de réponses appropriées à la consommation de nouvelles substances psychoactives dans les prisons. Dans certains cas, des initiatives d’information et des formations axées sur ces substances sont dispensées au personnel pénitentiaire. Les réponses disponibles ailleurs dans le monde restent également limitées, mais incluent un programme complet mis en œuvre au Royaume-Uni pour lutter contre les nouvelles substances psychoactives, qui comportait des dispositions relatives aux modifications législatives associées, une stratégie et un plan d’action nationaux, une interdiction de fumer, l’élaboration de nouveaux tests de dépistage des drogues, des campagnes d’information et une boîte à outils pour aider le personnel pénitentiaire à lutter contre la consommation de ces drogues.

La plupart des pays d’Europe font état d’un dépistage des drogues en prison. Toutefois, la mesure dans laquelle le dépistage des drogues est utilisé, ainsi que les occasions et les circonstances qui le déclenchent, varient d’une juridiction à l’autre, et les données sont généralement rares. Par exemple, la Finlande fait généralement état de milliers de tests de dépistage de drogues effectués chaque année, tandis qu’au Luxembourg, le dépistage de drogues n’est déclenché que par une suspicion de consommation, et même alors il est rarement appliqué.

La plupart des pays effectuent une certaine forme de préparation à la sortie de prison, y compris la réinsertion sociale et l’orientation vers des services externes. Des programmes visant à réduire le risque élevé de décès par surdose chez les consommateurs d’opiacés par injection au cours de la période suivant leur sortie de prison sont signalés dans un certain nombre de pays. Ces initiatives comprennent des formations et des informations sur la réduction des risques de surdose et, dans certains cas, la fourniture de naloxone aux personnes à leur sortie de prison.

Implications pour les politiques et les pratiques

Éléments de base

  • Les principes d’équivalence des soins et de continuité des soins exigent la mise en place d’un éventail d’interventions fondées sur des preuves scientifiques pour les personnes souffrant de problèmes de drogue en prison, à l’instar de ce qui existe dans la communauté, ainsi que de mécanismes visant à assurer la continuité du traitement. Cela est particulièrement important pour les personnes incarcérées pour de courtes périodes.

  • De nombreuses interventions liées à la drogue qui se sont avérées efficaces au sein de la communauté ont été mises en œuvre dans les prisons de toute l’Europe, mais les détenus sont toujours confrontés à un éventail limité d’options thérapeutiques.

  • Il est important que la préparation à la sortie de prison comprenne des activités de soutien à la réinsertion sociale et une formation à la prévention des surdoses – la fourniture de naloxone à administrer à domicile devrait également être envisagée.

  • Les alternatives aux sanctions coercitives sont reconnues dans les conventions internationales comme une option potentiellement précieuse pour les délinquants souffrant de problèmes de drogue.

Perspectives

  • La prison offre un cadre dans lequel les interventions peuvent atteindre des groupes particuliers de personnes qui consomment des drogues et qui sont souvent difficiles à atteindre par les services de lutte contre la drogue et de santé au sein de la communauté.

  • En fournissant des services de réduction des dommages, de conseil, de dépistage et de traitement aux détenus avant leur retour dans la communauté, la santé des détenus et de la communauté à laquelle ils retournent peut être améliorée, ce qui apporte un bénéfice sociétal global.

  • Le fait d’accroître le recours aux alternatives aux sanctions coercitives en révisant les réglementations qui régissent leur application et de se pencher sur les attitudes publiques et professionnelles à l’égard de leur utilisation pourrait potentiellement améliorer les résultats à long terme et réduire les dépenses de justice pénale.

Lacunes

  • Si la plupart des pays européens font état de la mise en place d’un traitement par agoniste aux opiacés dans les prisons, la disponibilité et la couverture de ces services pour les consommateurs d’opiacés restent faibles dans de nombreux pays – le renforcement de ces programmes pourrait contribuer de manière importante à l’amélioration de la santé.

  • Des études sont nécessaires pour améliorer la base d’éléments probants sur les alternatives aux sanctions coercitives, en mettant particulièrement l’accent sur les groupes qui peuvent en bénéficier le plus et sur les étapes de la procédure pénale auxquelles elles sont le mieux appliquées.

  • Les données relatives à la prévalence de la consommation de drogues chez les détenus, à la nécessité de mettre en place des services de prise en charge de la toxicomanie et à la disponibilité de telles interventions en prison restent rares. Une meilleure compréhension de ces questions est nécessaire pour éclairer les décisions politiques, les évaluations des besoins, la planification des services et l’organisation du traitement en prison.

Données et graphiques

Interventions liées à la drogue et autres interventions de soins de santé et d’aide sociale ciblant les personnes qui consomment des drogues en prison, par phase de détention

Interventions liées à la drogue et autres interventions de soins de santé et d’aide sociale ciblant les personnes qui consomment des drogues en prison, par phase de détention<donottranslate>

Remarque: Ce graphique présente une catégorisation simplifiée des interventions liées à la drogue qui peuvent être mises en œuvre en prison. Les différentes phases peuvent se chevaucher, et les contextes et modalités de la fourniture d’un traitement pour usage de drogue peuvent également varier d’un pays à l’autre et d’une prison à l’autre.

Infographie: Nombre de pays indiquant la disponibilité d’interventions ciblant les personnes qui consomment des drogues en prison en Europe, 2019

</donottranslate>Diagramme à barres montrant la disponibilité des interventions en prison dans les différents pays<donottranslate>

Traitement par agoniste aux opiacés (OAT). Information Education Training (IET). Voir le tableau des sources pour ce graphique.

Autres ressources

EMCDDA

Autres sources

À propos de ce miniguide

Ce miniguide donne un aperçu des éléments à prendre en considération lors de la planification ou de la mise en œuvre de réponses sanitaires et sociales aux problèmes liés à la drogue dans les prisons, et passe en revue les interventions disponibles et leur efficacité. Il examine également les implications pour les politiques et les pratiques. Ce miniguide fait partie d’un ensemble plus vaste, qui comprend ensemble des réponses sanitaires et sociales aux problèmes de drogue: un guide européen.

Cette publication doit être référencée comme suit: Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (2022), Prisons et drogues: réponses sanitaires et sociales, https://www.emcdda.europa.eu/publications/mini-guides/prisons-and-drugs-....

Éléments d’identification

HTML: TD-07-22-093-FR-Q
ISBN: 978-92-9497-723-6
DOI: 10.2810/880339

Loading