Enquête européenne en ligne sur les drogues 2021 : Nouveaux résultats au Liban

Introduction

Dans le cadre de l’Enquête européenne en ligne sur les drogues, des données ont été recueillies entre mars et mai 2021 auprès des personnes consommant des drogues, âgées de 18 ans ou plus et vivant dans 21 pays de l’UE et 9 pays tiers, dont le Liban. Au cours de cette période, les populations de nombreux pays européens et voisins ont connu un confinement ou des restrictions liées à la pandémie de COVID-19. Sauf indication contraire, les données présentées dans ce document concernent les 274 répondants qui ont déclaré avoir consommé au moins une drogue illicite au cours des 12 mois précédant l’enquête (12 derniers mois de consommation) et qui vivent au Liban.

Logo of the web survey on drugs

En résumé

  • La plupart des répondants à l’enquête (93 %) ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois. Au total, 42 % avaient consommé de la cocaïne et 32 % de la MDMA (ou ecstasy).
  • Les motivations les plus souvent citées pour la consommation de cannabis sont la relaxation, l’euphorie et le soulagement de l’anxiété.
  • Le domicile était le lieu le plus fréquemment utilisé pour la consommation de drogues au cours de cette période.
  • La pandémie de COVID-19 et les mesures nationales ont été signalées comme ayant eu l’impact le plus important sur la consommation de résine de cannabis (augmentation).
  • L’explosion du port de Beyrouth en 2020 aurait eu un impact sur la consommation de cannabis (augmentation) et sur les consommations de cocaïne, de MDMA (ou ecstasy) et d’amphétamine (diminution).

Modes de consommation de drogues

La plupart des répondants à l’enquête (83 %) ont déclaré avoir consommé du cannabis (herbe et résine) au cours des 12 derniers mois. La cocaïne, la MDMA (ou ecstasy) et les nouvelles substances psychoactives (NSP) sont les substances illicites les plus fréquemment consommées. Un cinquieme de l’échantillon a déclaré avoir consommé de la kétamine (21 %) ou de l’amphétamine (20 %) au cours de l’année écoulée, tandis que 16 % ont déclaré avoir consommé de la méthamphétamine et 10 % du LSD au cours de cette même période. La consommation d’héroïne a été rapportée par 5% des répondants.

Graphique 1. Prévalence de l’année précédente (n = 274)

Les données sources de ce graphique sont disponibles dans le tableau 1 de cette page.

Motivation de la consommation de drogues

Les motivations de la consommation de certaines drogues reflètent souvent les effets que les usagers attendent lorsqu’ils les consomment. Les réponses à l’enquête suggèrent que le cannabis est consommé pour ses effets calmants et euphorisants, notamment pour réduire le stress ou se détendre, pour planer ou s’amuser et pour traiter l’anxiété ou la dépression. Les motivations rapportées pour la consommation de cocaïne sont les effets euphorisants et la socialisation.

Graphique 2a. Motivation pour la consommation de cannabis (herbe) au cours des 12 derniers mois (n = 190)

Les données sources de ce graphique sont disponibles dans le tableau 2a de cette page.

Graphique 2b. Motivation pour la consommation de cocaïne (poudre) au cours des 12 derniers mois (n = 69)

 

Les données sources de ce graphique sont disponibles dans le tableau 2b de cette page.

Lieux de consommation de drogues

Le domicile est de loin le lieu le plus souvent cité pour la consommation de drogues au cours des 12 derniers mois, et ce, par 83 % des répondants. La prédominance de la consommation à domicile était attendue. Cependant, cette tendance a pu être accentuée par la mobilité réduite duel aux confinements liés à la pandémie de COVID-19, l’impact de la situation politique et économique et l’explosion du port de Beyrouth en 2020.

Graphique 3. Lieux de consommation de drogues au cours des 12 derniers mois (n = 274)

Les données sources de ce graphique sont disponibles dans le tableau 3 de cette page.

Impact de la pandémie de COVID-19 sur la consommation de drogues

Les répondants ont fait part d’expériences mitigées lorsqu’ils ont été interrogés sur l’impact de la pandémie de COVID-19 en matière de consommation de drogues illicites. Cannabis et la résine de cannabis aurait été davantage consommée, tandis que l’amphétamine, la poudre de cocaïne et la ecstasy/MDMA et l’auraient été moins.

Graphique 4. Impact de la pandémie de COVID-19 sur la consommation de drogues

Les données sources de ce graphique sont disponibles dans le tableau 4 de cette page.

Résultat spécifique au pays : Impact perçu de l’explosion de 2020 du port de Beyrouth sur la consommation de drogues

En plus des questions standard incluses dans l’outil d’enquête en ligne sur les drogues de l’EMCDDA, tous les pays de la politique européenne de voisinage (PEV) qui ont mis en œuvre l’enquête ont eu la possibilité d’ajouter une question spécifique au pays. Au Liban, une question a été incluse concernant l’impact perçu de l’explosion du port de Beyrouth en août 2020 sur la consommation de drogues. Les rapports suggèrent que l’explosion de 2020 pourrait avoir entraîné une augmentation de la consommation de cannabis (herbe et résine), tandis que la cocaïne, la MDMA, les NPS et l’amphétamine pourraient avoir été moins consommés.

Graphique 5. Impact de l’explosion du port de Beyrouth sur la consommation de drogues

Les données sources de ce graphique sont disponibles dans le tableau 5 de cette page.

Notes

(1) L'analyse présentée ici porte sur le Liban, où l'enquête en ligne a été réalisée dans le cadre duprojet EU4Monitoring Drugs (EU4MD), financé par l'Union européenne. . Bien que les enquêtes en ligne ne soient pas représentatives de la population générale, lorsqu'elles sont menées avec soin et combinées aux méthodes traditionnelles de collecte de données, elles peuvent contribuer à dresser un tableau plus détaillé, réaliste et actuel de la consommation et des marchés de la drogue en Europe et dans le voisinage européen. En tant que telles, elles constituent un élément clé de la réactivité de l'EMCDDA face à un problème de drogue en constante évolution.

Pour des informations plus détaillées sur le projet, veuillez consulter notre page web sur l'enquête en ligne européenne sur les drogues.

L'enquête européenne en ligne sur les drogues au Liban a été mise en œuvre par Skoun, le Centre libanais de lutte contre les toxicomanies and the Le Ministère de la Santé Publique dans le cadre du projet EU4Monitoring Drugs, financé par l'Union européenne. Ce document a été réalisé avec l'aide financière de l'Union européenne. Les opinions exprimées dans ce document ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant l'opinion officielle de l'Union européenne

 

Données sources

Les données sources de ce graphique sont disponibles dans le tableau 1 de cette page.

Tableau 1. Prévalence de l’année précédente (n = 274)
  % des répondants
Tabac 92
Cannabis 92
Alcool 90
Cocaïne 42
MDMA/Ecstasy 32
NSP
(Nouvelles substances psychoactives)
26
Kétamine 21
Amphétamines 20
Méthamphétamine 16
LSD 10
Héroïne 5
Tableau 2a. Motivation pour la consommation de cannabis (à base de plantes) au cours des 12 derniers mois (n = 190)
  %  des répondants

Pour réduire le stress
/se détendre

77

Pour se défoncer/
pour le plaisir

65
Pour traiter la dépression/
l’anxiété
43
Pour améliorer le sommeil 42
Pour socialiser 33
Pour réduire la douleur/
l’inflammation
14
Pour améliorer les performances
(école/travail/sport/etc.)
13
Par curiosité/pour expérimenter 6
Autres 4
Tableau 2b. Motivation pour la consommation de cocaïne (poudre) au cours des 12 derniers mois (n= 69)
   % des répondants

Pour se défoncer
/pour s’amuser

77
Pour socialiser 42
Pour réduire le stress/
se détendre
12
Pour améliorer les performances
(école/travail/sport/etc.)
12
Par curiosité/
pour expérimenter
10
Pour traiter la dépression/
l’anxiété
4
Autres 3
Tableau 3. Lieux de consommation de drogues au cours des 12 derniers mois (n = 274)
Lieux % des répondants
Domicile 83
Festival de musique ou fête 38
Espace public
(rue, parc, etc.)
35
Club ou bar 32
Autres 16
Travail 15
École/université/
établissement de formation
7
Tableau 4. Impact de la pandémie de COVID-19 sur la consommation de drogues (% des répondants)
Substance Je consomme
moins
Je consomme
la même quantité

Je consomme
plus

Ne sait pas/
Pas de réponse
Amphétamines 59 24 12 5
Poudre de cocaïne 49 14 9 28
Ecstasy/MDMA 46 22 16 16
Méthamphétamine 29 12 41 18
Herbe de cannabis 17 24 44 15
Résine de cannabis 17 17 56 10
NSP 13 7 40 40
Tableau 5. Impact de l’explosion du port de Beyrouth sur la consommation de drogues. (% des répondants)
Substance Je consomme
plus
Je consomme
la même quantité
Je consomme
moins
Ne sait pas/
Pas de réponse
Cannabis 53 25 12 10
Méthamphétamine 32 24 12 32
Ecstacy/MDMA 27 21 43 9
Cocaïne 18 14 56 12
NSP 16 6 34 44
Amphétamines 16 12 40 32
Loading