Depuis le début de l’année 2020, la pandémie du COVID-19 a eu un impact dramatique sur notre mode de vie. Les pays d'Europe, et du monde entier, ont dû mettre en place des mesures sans précédent pour protéger la santé publique.

Tous les aspects du phénomène de la drogue en Europe — notamment la production, le trafic, la distribution et la consommation — ont également été affectés par la pandémie. Le Rapport européen sur les drogues cette année fournit un aperçu actualisé de ces évolutions.

De nombreux indicateurs suggèrent que la disponibilité des drogues est très élevée en Europe.

L’interception d’un nombre croissant de cargaisons de cocaïne, de cannabis et, dans une moindre mesure, d’héroïne, révèle l’inquiétante infiltration de l’Europe par des groupes criminels organisés qui ont su s’adapter très rapidement aux restrictions liées à la pandémie.

L’Europe est aussi devenue une zone active de production de drogues illicites, notamment en ce qui concerne les produits de synthèse qui visent désormais à alimenter le marché européen et international. Les plateformes en ligne, que ce soit sur le web de surface ou sur le Darknet, sont de plus en plus exploitées par les trafiquants de drogues.

La complexité croissante du marché pose également des nouveaux défis: la disponibilité et l'usage d'un éventail plus large de substances, souvent très puissantes ou très pures, peuvent présenter des risques accrus pour la santé publique.

Il est donc aujourd’hui encore plus essentiel d’unir nos forces au niveau européen et international pour identifier les évolutions rapides dans les méthodes et les vecteurs d’approvisionnement de ces produits, détecter rapidement les nouvelles substances apparaissant sur le marché, améliorer nos connaissances des modes de consommation et les risques encourus et fournir des services adéquats à tous ceux qui en ont besoin.

Mais aussi tout mettre en oeuvre pour prévenir l’usage de ces substances, en renforçant notamment les compétences psycho-sociales des plus jeunes, leur esprit critique, leur autonomie, leur capacité à résister lorsqu’on leur propose ces produits.

La nouvelle stratégie antidrogue de l'UE pour la période 2021-2025 fournit un cadre solide et complet pour une action concertée visant à protéger et à améliorer la santé et le bien-être et à offrir un niveau élevé de sécurité. Elle réaffirme l'engagement de l'UE en faveur d'une approche équilibrée et intégrée, fondée sur des évidences scientifiques face à un phénomène complexe.

Je me réjouis que la nouvelle stratégie reconnaisse pleinement le rôle joué par l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, qui fournit les données actualisées pour éclairer l'élaboration des politiques dans les États membres et offre son soutien par le biais de la détection précoce, de l'évaluation des menaces et des risques, de la recherche, de l'innovation et de la prospective.

L’Observatoire est donc un outil précieux tant pour les décideurs que pour les professionnels. Il nous permet de confronter nos expériences et d’identifier les méthodes et les pratiques efficaces qui peuvent utilement s’adapter à d’autres contextes.

Je tiens à remercier tout particulièrement le directeur de l'Observatoire et l'ensemble de son personnel pour ce rapport de grande qualité, produit une fois de plus dans un contexte difficile. Mes remerciements vont également aux points focaux nationaux, au comité scientifique de l’agence, et à tous les partenaires nationaux, européens et internationaux qui ont contribué à enrichir cette analyse.

Je salue leur engagement.

Les défis continuent d'évoluer, tout comme notre réponse commune : le travail de l’Observatoire est crucial pour assurer que les politiques en matière de drogue et conduites addictives soient fondées sur la meilleure analyse possible de la réalité et contribuent ainsi à préserver la santé et la sécurité des citoyens européens.

Le rapport d'aujourd'hui montre à quel point des informations scientifiques et actualisées sont essentielles pour suivre le rythme des nouvelles menaces et pour identifier les domaines nécessitant une action rapide.

C'est la valeur ajoutée évidente que l'Observatoire apporte à l'Europe, et qui devrait être renforcée dans les années à venir.

Je vous remercie pour votre attention.