Notes d’information sur les politiques et les pratiquesLutter contre l’usage détourné des médicaments

icon medicines

Problématiques

L’usage détourné des médicaments est l’utilisation d’un médicament psychoactif à des fins d’automédication, de divertissement ou d’amélioration des performances, sur prescription médicale ou non, et en dehors des directives médicales généralement acceptées. Il peut s’inscrire dans le cadre d’une polyconsommation de drogues.

L’usage détourné croissant des médicaments suscite de plus en plus d’inquiétudes dans de nombreux pays européens, en particulier à la lumière de la forte hausse des décès dus à la consommation d’analgésiques opiacés délivrés sur ordonnance aux États-Unis. Il y a cependant des différences considérables dans les pratiques de prescription entre l’Europe et les États-Unis.

Les groupes de médicaments qui ont été associés à un usage détourné sont les suivants:

  • les sédatifs et les hypnotiques, y compris les barbituriques, les benzodiazépines et les médicaments apparentés aux benzodiazépines comme les hypnotiques Z;
  • les opiacés, y compris les analgésiques et les médicaments utilisés dans le cadre du TSO (traitement de substitution aux opiacés);
  • les stimulants prescrits pour traiter le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

Ces médicaments peuvent être obtenus sur ordonnance ordinaire, en se rendant chez plusieurs médecins ou dans plusieurs pharmacies, en détournant les approvisionnements sur le marché illicite et sur l’internet. Les mauvaises pratiques de prescription sont un moteur important de l’usage détourné des médicaments: il peut s’agir de prescription excessive ou, en particulier dans le cas des médicaments utilisés dans le cadre du TSO, de prescription insuffisante, ce qui peut pousser les patients à l’automédication. La bonne pratique clinique concernant la prescription des médicaments utilisés dans le cadre du TSO permet de réduire le détournement et les risques liés à l’usage détourné de ces médicaments.

Réponses possibles

  • L’observation est essentielle en vue de déterminer l’ampleur et la nature du problème et d’élaborer des réponses adéquates. Outre les indicateurs épidémiologiques clés et les programmes de pharmacovigilance, les autres sources de données potentielles sont les cas de toxicité liée aux médicaments enregistrés aux urgences hospitalières, les statistiques des ventes et les bases de données sur les ordonnances, ainsi que la surveillance des forums en ligne sur lesquels il est question de ces médicaments.
  • Les approches préventives comprennent la formation des praticiens et l’établissement de normes de qualité et de protocoles afin d’améliorer les pratiques de prescription; les contrôles de la disponibilité, tels que la limitation des ventes, les restrictions en matière de conditionnement et les systèmes d’élimination des déchets ou des surplus de médicaments; l’utilisation de formulaires spéciaux pour certains médicaments; et l’interdiction de la prescription par téléphone ou par l’internet.
  • Les fournisseurs de traitements contre la toxicomanie doivent être disposés à traiter les personnes qui ont des problèmes liés à l’usage détourné de médicaments. Il s’agit notamment de reconnaître la possibilité que les patients qui se présentent pour recevoir un traitement pour consommation de substances illicites fassent aussi un usage détourné de médicaments et de traiter ce problème en conséquence. De plus, étant donné que les personnes qui présentent des problèmes primaires liés à l’usage détourné de médicaments peuvent être réticentes à demander de l’aide aux services de traitement de la toxicomanie traditionnels, un traitement alternatif en centre de soins primaires peut s’avérer nécessaire.

Panorama européen

  • Les informations sur les pratiques thérapeutiques en vigueur en Europe pour prendre en charge l’usage détourné des médicaments sont limitées.
  • Des travaux visant à mieux comprendre l’ampleur et la nature du problème et à en suivre l’évolution sont en cours. Ils consistent notamment à surveiller les événements graves par l’intermédiaire de sites sentinelles (Euro-DEN Plus) et à développer l’analyse des eaux usées.
  • Plusieurs projets financés par l’Union européenne, tels que CODEMISUSED, axé sur la consommation et l’utilisation détournée de la codéine et sur la dépendance à celle-ci, et ATOME, axé sur l’accès aux médicaments opiacés en Europe, ont été menés dans ce domaine, et une collaboration est en cours entre l’EMCDDA et l’Agence européenne des médicaments.

Résumé des éléments probants disponibles

Traitement de l’usage détourné des médicaments

Réponse possible Qualité des éléments probants

La thérapie cognitivo-comportementale aide à réduire la consommation de benzodiazépines lorsqu’elle est combinée à une diminution des dosages à court terme.

éléments probants de faible qualité

Les lettres personnalisées envoyées par les médecins de famille aux patients, l’entretien normalisé avec le médecin traitant associé à une diminution des doses, et les techniques de relaxation ont tous donné des résultats prometteurs dans le cadre de petites études individuelles portant sur l’utilisation détournée des benzodiazépines. Ces approches méritent que l’on s’y intéresse de manière plus approfondie.

éléments probants de faible qualité

Informations complémentaires

L’efficacité de l’entretien motivationnel dans la réduction de la consommation de benzodiazépines n’est pas clairement démontrée.

Légende

  • speedometer at highÉléments probants de grande qualité— une ou plusieurs analyses systématiques à jour qui incluent des études primaires de qualité ayant donné des résultats cohérents. Les données corroborent l’utilisation de l’intervention dans le contexte dans lequel elle a été évaluée.
  • speedometer at mediumÉléments probants de qualité moyenne— une ou plusieurs analyses à jour qui incluent plusieurs études primaires de qualité moyenne au moins, ayant donné des résultats globalement cohérents. Les données suggèrent que ces interventions sont susceptibles d’être utiles dans le contexte dans lequel elles ont été évaluées mais des évaluations supplémentaires sont recommandées.
  • speedometer at lowÉléments probants de faible qualité— existence de quelques études primaires de qualité élevée ou moyenne mais pas d’analyses disponibles OU les analyses disponibles donnent des résultats incohérents. Les données sont actuellement limitées, mais les éléments disponibles sont prometteurs. Cela suggère que ces interventions peuvent mériter d’être envisagées, en particulier dans le contexte de l’expansion de services pour répondre à de nouveaux besoins ou à des besoins non couverts, mais qu’il convient de les évaluer.

Implications pour les politiques et les pratiques

Éléments essentiels

Dans ce domaine, les objectifs consistent essentiellement à:

  • veiller à ce que les régimes réglementaires relatifs aux médicaments susceptibles de faire l’objet d’une consommation abusive prévoient une disponibilité suffisante pour en faire un usage médical tout en limitant la possibilité d’en faire un usage détourné;
  • veiller à ce que les professionnels de la santé soient formés aux bonnes directives et pratiques en matière de prescription, à la détection et au traitement de la consommation problématique, ainsi qu’au traitement des signes d’usage détourné.

Perspectives

  • Élaborer et proposer des options thérapeutiques alternatives pour faire face à l’usage détourné des médicaments pour les patients qui sont réticents à demander de l’aide dans les structures de traitement de la toxicomanie traditionnelles.
  • Sensibiliser les patients et le grand public au problème de l’usage détourné des médicaments afin de le déstigmatiser et d’encourager les personnes concernées à demander de l’aide.

Lacunes

  • Étudier et suivre l’ampleur et la nature de l’usage détourné des médicaments au niveau local et national, afin de faciliter la mise au point d’interventions adaptées, à l’aide de toute une série de sources: enquêtes, demande de traitement, statistiques des ventes, saisies de la police, tendances sur l’internet et analyse des eaux usées. Il conviendrait aussi de déterminer l’importance relative des différentes sources de médicaments sur le marché illicite et de comprendre combien de personnes, et quelles personnes, font un usage détourné de médicaments et pour quelles raisons.

Explore all resources in the Best practice portal

Collaborations and partnerships in best practice

logo of the cochrane collaboration  grade logo   grade logo  Health Evidence Network, WHO Europe