EMCDDA Accueil
Recherche

Les produits domestiques tels que les déodorants en bombes aérosol, la colle, les recharges de briquets et les désodorisants en bombes aérosol peuvent être utilisés comme drogues.

L’usage de substances volatiles peut être défini comme l’inhalation délibérée de composants volatiles ayant pour but la production d’effets psychotropes. Ces composants ont peu de caractéristiques communes, outre leur toxicité et les effets comportementaux qu’ils produisent. On parle souvent d’inhalants pour de telles substances volatiles, un terme qui fait référence à un groupe de produits chimiques psychoactifs variés qui sont définis par leur voie d’administration plus que par leur mécanisme d’action sur le système nerveux central ou leurs effets psychotropes.

L’usage de substances volatiles est différent de la plupart des autres formes d’usage de drogues en ce qu’il implique des composants variés contenus dans des produits domestiques ou commerciaux en vente libre. Ces composants, qui sont sûrs lorsqu’ils sont utilisés à bon escient, peuvent causer une intoxication et parfois la mort lorsque leurs vapeurs sont concentrées et inhalées de façon délibérée.

Les nitrites d’alkyle, un sous-groupe spécifique de substances volatiles, sont utilisés dans les milieux festifs pour le relâchement du muscle lisse vasculaire qu’ils causent et la «montée» qu’ils produisent, ou pour rendre une expérience sexuelle plus intense. Ils sont généralement connus sous le nom de «poppers» et on peut se les procurer «sous le manteau» dans les bars et les discothèques. Dans certains pays, ils sont disponibles dans les sex shops et les «head shops».

Chimie et utilisation

Composant volatile Numéro CAS Utilisation

Butane, isobutane, propane, gaz de pétrole liquéfié (GPL)

106-97-8

gaz combustibles, propergol

Chloroforme, trichlorométhane 67-66-3 solvant, anesthésique
Oxyde d’éthyle, éther éthylique, éther,
1,1’-Oxybis[ethane] 1,1’-Oxybisethane
60-29-7

solvant, starter de voiture, anesthésique

Diméthyléther, éther méthylique, oxybisethane, DME 115-10-6 propergol
Enflurane, 2-Chloro-1-(difluorométhoxy)-1,1,2-trifluoro-éthane 13838-16-9 anesthésiant
Halothane, 2-Bromo-2-chloro-1,1,1-trifluoro-éthane 151-67-7 anesthésiant
Essence, gazole, benzène mixture carburant automobile (reformulé en Australie pour être faible en aromatiques afin de minimiser les abus)
HFC134a, 1,1,1,2-Tétrafluoroéthane 811-97-2

réfrigérant, propergol

Hélium 7440-59-7 ballons de baudruche
Isoflurane, 2-Chloro-2-(difluorométhoxy)-1,1,1-trifluoro-éthane 26675-46-7 anesthésiant
Protoxyde d’azote 10024-97-2 propergol, analgésique, anesthésiant
Tétrachloroéthylène, perchloroéthylène 127-18-4 solvant, dégraissant, solvant pour nettoyage à sec
Toluène, méthylbenzène 108-88-3 peintures, diluants, colles
Trichloroéthylène 79-01-6 solvant, dégraissant, solvant pour nettoyage à sec, anesthésique
Xylène, diméthylbenzène 1330-20-7 peintures, diluants, colles
Nitrite d’amyle - mixture d’isomères principalement de nitrite d’amyle - autres isomères présents également 110-46-3 antidote pour le cyanure, «poppers»
Nitrite de butyle, acide nitreux, éther de butyle 544-16-1 «poppers»
nitrite d’isobutyle 542-56-3 «poppers»
Nitrate d’isopropyl 541-42-4 «poppers»

Haut de page

Forme physique

Les composants utilisés sont des liquides ou des gaz volatiles contenus dans les produits domestiques, industriels ou médicinaux souvent disponibles en libre accès au public dans certains magasins, sur le lieu de travail ou dans les laboratoires.

Les produits contenant du nitrite («poppers») contiennent généralement du nitrite de butyle ou d’isobutyle et sont souvent impurs. Les produits ont des noms suggestifs et sont spécifiquement conditionnés dans de petites bouteilles en verre. L’odeur est caractéristique, sucrée et écoeurante, souvent décrite comme étant similaire à l’odeur de «vieilles chaussettes».

Haut de page

Pharmacologie

Le mode d’action de ces composants n’est pas bien compris, comme c’est souvent le cas pour les anesthésiants volatiles utilisés de manière licite en médecine. Ce sont les propriétés physiques des composants, telles que la volatilité et la liposolubilité, qui déterminent leur capacité à être utilisés en tant que drogues. Leurs propriétés chimiques et, par conséquent, le degré auquel ils sont métabolisés peuvent toutefois être importants en termes de morbidité car les métabolites peuvent être toxiques et causer des dommages durables aux organes.

L’intoxication causée par l’inhalation de substances volatiles produit quelques effets comportementaux similaires à ceux causés par l’alcool. Quelques minutes après l’ivresse de l’inhalation, une désorientation et une courte période d’excitation et d’euphorie sont observées, suivies par une sensation d’étourdissement et une période plus longue de distorsion de la perception.

Des changements marqués de l’état mental sont causés chez les personnes utilisant à mauvais escient le toluène et d’autres solvants. La plupart des utilisateurs rapportent une meilleure humeur et des hallucinations. Des illusions potentiellement dangereuses peuvent se produire, les pensées peuvent être ralenties, le temps a l’air de passer plus vite et les hallucinations tactiles sont communes. Ces effets comportementaux sont accompagnés de troubles de la vision, de nystagmus, d’une incoordination et d’une démarche chancelante, de bredouillements, de douleurs abdominales et de rougeurs au niveau de la peau.

La durée des effets varie beaucoup, dépendant largement de la volatilité des composants. Les effets du butane ne durent que quelques minutes (nécessitant des doses répétées et fréquentes) alors que le toluène agit beaucoup plus longtemps (de façon similaire à l’alcool) nécessitant des doses moins fréquentes. Des indications stipulent que le toluène active le système dopaminergique du cerveau qui joue un rôle dans les effets positifs de beaucoup de drogues psychoactives.

La plupart des décès semblent survenir du syndrome de mort subite du «sniffeur» (sudden sniffing death syndrome, ou SSDS), un rythme cardiaque irrégulier et rapide provoqué par l’usage de substances volatiles et une anoxie ou hypercapnie ainsi qu’un stimulus soudain qui produit une libération d’épinéphrine (adrénaline). À moins qu’un défibrillateur ne soit à proximité, la mort peut survenir en quelques minutes après une seule prise chez un individu jeune et en bonne santé. Les décès peuvent également être la conséquence d’asphyxie, en particulier si un sac plastique est utilisé pour inhaler le composant (ex: en inhalant de la colle). Des décès causés par un traumatisme peuvent survenir, en particulier avec les composants à action plus longue comme par exemple le toluène.

Une exposition chronique aux solvants tels que le toluène endommage la gaine protectrice qui entoure certaines fibres nerveuses dans le cerveau et le système nerveux périphérique. Cette destruction importante des fibres nerveuses peut être similaire à celle observée pour les maladies neurologiques telles que la sclérose en plaques. Le trichloréthylène peut causer une cirrhose du foie, des problèmes de stérilité ou d’impuissance, des troubles de l’ouïe et de la vision.

Il n’existe aucune preuve de trouble chronique causé par le butane, qui est très volatile et largement excrété de manière identique. Cependant, chez une population jeune et en bonne santé, une toxicité chronique des organes provenant de l’usage de substances volatiles pourrait probablement apparaître cliniquement si elle était importante.

Les nitrites d’alkyle provoquent le relâchement du muscle lisse vasculaire et peuvent être inhalés pour augmenter le plaisir sexuel. Un des effets secondaires de l’usage de ces composants peut être un mal de tête sévère. Ils interagissent avec les médicaments utilisés pour traiter l’impuissance sexuelle chez les hommes comme le sildenafil (Viagra®) et peuvent causer une baisse de la tension artérielle.

Haut de page

Synthèse et précurseurs

Les composants sont disponibles en vente libre et ils ne nécessitent donc pas d’être synthétisés de façon illicite.

Haut de page

Mode de consommation

Le mode de consommation dépend du composant volatile et également de la nature du produit qui le contient. Les gaz peuvent être inhalés directement à partir du contenant, comme les recharges de briquet. Les aérosols peuvent être déchargés à l’envers pour accroître l’écoulement de propergol (souvent du butane) qui peut alors être vaporisé à travers un tissu (ex: une serviette ou des chaussettes) pour mieux éliminer les composants non-volatiles du produit. Les solvants, comme le toluène, peuvent être versés sur un mouchoir ou dans un sac, et la vapeur inhalée. La colle est généralement versée dans un sac plastique qui est palpé pendant que la vapeur est inhalée. L’hélium, qui provient souvent de cylindres jetables achetés dans des magasins vendant des ballons de baudruche, peut également être disposé dans un sac plastique recouvrant la tête.

Haut de page

Autres dénominations

Dénominations en lien avec le phénomène: inhaler, abus d’inhalants, sniffer (de la colle), dusting, chroming.

Les nitrites d’alkyle sont plus communément connus sous le nom de «poppers», mais d’autres appellations incluent: locker room, bolt, hardware, room odouriser.

Haut de page

Analyse

L’analyse de prélèvements biologiques (sang, tissus) est généralement pratiquée en utilisant une chromatographie en phase gazeuse par espace de tête couplée à une spectrométrie de masse (CG-SM), à un détecteur à ionisation de flamme (CG-FID), ou à un détecteur à capture d’électrons (CG-ECD). Des précautions doivent être prises pour prévenir la perte de l’analyte pendant le recueil d’échantillons et l’analyse, en particulier pour les composants gazeux comme le butane. Il peut être nécessaire que l’échantillon de sang soit collecté directement dans le flacon utilisé pour l’analyse par espace de tête si des données quantitatives significatives sont recherchées.

Une analyse d’urine a généralement peu de valeur sauf pour les composants moins volatiles et métabolisés de façon plus importante comme le toluène.

Les composants volatiles des produits peuvent être analysés par spectrophotométrie de phase gazeuse à infrarouge ou chromatographie en phase gazeuse (CG).

Haut de page

Pureté typique

Les produits qui contiennent des composants volatils peuvent également contenir d’autres composants. Par exemple, les aérosols dans lesquels le propergol «butane» (un mélange de butane, d’isobutane et de propane) est utilisé peuvent contenir des ingrédients actifs tels que l’hydroxychlorure d’aluminium dans le cas d’antitranspirants ou peuvent être essentiellement «purs» comme c’est le cas pour les recharges de briquet. Les aérosols utilisés sont ceux qui contiennent une forte proportion de propergol (déodorants / antitranspirants, bombes de laque pour les cheveux, désodorisants ou peinture).

La pureté du composant volatile en tant que tel peut également varier selon son usage licite prévu, par exemple le butane utilisé comme propergol dans les aérosols est généralement inodore (pauvre en composants sulfuriques), alors que le butane utilisé comme combustible peut ne pas être désodorisé et contenir des odorants (composants sulfureux) additionnels. Des limites (<0,1%) sont imposées sur le cancérigène buta-1,3-diène dans le butane utilisé dans les aérosols, mais pas forcément lorsqu’il est utilisé comme combustible.

Haut de page

Contrôle

En Suède, depuis le 1er juin 1997, les «poppers» sont réglementé en étant répertoriés comme équivalents légaux à la prescription de médicaments, mais cette loi en rend illégale l’importation, la vente ou la distribution sans licence. 

En Roumanie, le nitrite d'amyle est contrôlé par une décision  gouvernementale qui est entrée en vigueur le 15 Février 2010.

Haut de page

Prévalence

L’usage de substances volatiles est généralement limité à de courtes périodes au début de l’adolescence et peut être remplacé par l’usage d’autres substances psychoactives (comme l’alcool et le cannabis) car l’âge et le revenu disponible accroissent l’accès aux alternatives. L’usage intensif ou à long terme de substances volatiles est généralement confiné aux groupes ou individus socialement marginaux, souvent sous-représentés dans les sondages «en milieu scolaire» et «dans les ménages» portant sur la population générale. 

La prévalence au cours de la vie de l’usage d’«inhalants» parmi les étudiants âgés de 15 à 16 ans variait entre 3 % et 28 % pour les 24 États membres l’UE et la Norvège ayant mené des enquêtes ESPAD en 2011. Les taux les plus élevés de prévalence au cours de la vie dans l’UE sont rapportés pour la Croatie, la Lettonie et la Slovénie (respectivement 28 %, 23 % et 20 %). Dans cinq pays, l’abus d’«inhalants» rapporté est supérieur à l’usage de cannabis parmi les étudiants (Tableau EYE-20 partie (i)).

 

Haut de page

Prix

Les produits du commerce et les aérosols ne coûtent que quelques euros.

Haut de page

Usage médical

Certaines substances volatiles sont utilisées en médecine humaine et vétérinaire en tant qu’anesthésiants (voir tableau Chimie et utilisation). Le nitrite d’amyle est utilisé comme traitement de premiers secours pour l’empoisonnement au cyanure, alors que les autres composants n’ont aucun usage médical.

Haut de page

Bibliographie

Bass, M. (1970), ‘Sudden sniffing death’, Journal of the American Medical Association, (JAMA) 212(12), pp. 2075–2079.

Baselt, R. C. (2004), ‘Disposition of toxic drugs and chemicals in man’, 7th edition, Biomedical Publications, California.

Field-Smith, M.E., Butland, B.K., Ramsey, J.D., Anderson, H.R. (July 2007), Report 20, Trends in death associated with abuse of volatile substances, 1971–2005,  ISBN 978-1-8981-8327-3, http://www.vsareport.org/

Lockwood, B., ‘Poppers: Volatile nitrite inhalants’, The Pharmaceutical Journal, Volume 257, 3 August 1996, pp. 154–155.

Neuroscience of psychoactive substance use and dependence, (2004) WHO, Geneva, pp. 100–104.

Wu, L.-T. , Howard, M. O. (2007), ‘Psychiatric disorders in inhalant users: Results from The national epidemiologic survey on alcohol and related conditions’, Drug and Alcohol Dependence 88, pp.146–155.

Haut de page

Lectures complémentaires

Balster, R.L. (1998), ‘Neural basis of inhalant abuse’, Drug and Alcohol Dependence 51 (1-2), pp. 207–214.

‘Dopamine enhancement underlies a toluene behavioral effect’

‘Epidemiology of inhalant abuse: An international perspective’, National Institute on Drug Abuse Research Monograph 148, DHHS Publication No NIH 95-3831, Washington, D.C. US Government Printing Office, 1995.

Flanagan, R.J., Ramsey, J.D. (2000), ‘Davy's intoxicating effects’ Chemistry in Britain, Volume 36, No 10, pp. 35–36.

Flanagan, R.J., Streete, P. J., Ramsey, J. D. (1997), ‘Volatile substance abuse; practical guidelines for analytical investigation of suspected cases and interpretation of results’, UNDCP Technical Series No 5, United Nations Drug Control Programme, Vienna.

Gunn, J., Wilson, J., Mackintosh, A.F. (1989), ‘Butane sniffing causing ventricular fibrillation’, Lancet, 18 March,1 (8638), p. 617.

Jones, H. E., Balster, R. L. (1998), ‘Inhalant abuse in pregnancy’, Obstetrics and Gynecology Clinics of North America, 25(1), pp. 153–167.

Roberts,  M. J. D., et al. (1990), ‘Asystole following butane gas inhalation’, British Journal of Hospital Medicine, 44, p. 294.

Sharp, C. W., Rosenberg, N. L. (2005), ‘Inhalants, in substance abuse: A comprehensive textbook, Fourth edition, Lowinson, J. H., Ruiz, P., Millman, R. B. and Langrod, J. G., editors, pp. 336–366.

Sharp, C.W., Rosenberg, N. (1997), ‘Inhalant-related disorders’, in Tasman, A., Kay, J., Lieberman, J. A. (editors.), Psychiatry, Volume 1, Philadelphia: W.B. Saunders, pp. 835–852.

Siegel, E., Wason,  S., (1990) ‘Sudden death caused by inhalation of butane and propane’, New England Medical Journal, 323, p. 1638.

UK Dangerous Substances and Preparations (Safety) Regulations 2006

Haut de page

About the EMCDDA

The European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction (EMCDDA) is the reference point on drugs and drug addiction information in Europe. Inaugurated in Lisbon in 1995, it is one of the EU's decentralised agencies. Read more >>

Contact us

EMCDDA
Praça Europa 1, Cais do Sodré
1249-289 Lisbon
Portugal
Tel. (351) 211 21 02 00

More contact options >>

Page last updated: Saturday, 25 May 2013